Archives du mot-clé : risque

mar
06

Encore!

A moins d’un mois de sa fermeture définitive, la centrale d’Hornaing (SNET E-ON) gratifie ses riverains d’un beau panache noir pour un énième redémarrage.

Certains se disent excédés par le bruit et les poussières issues de l’exploitation erratique de cette centrale qui a trop vécue. (suivre l’activité de la centrale sur Twitter)

Le sentiment d’être exposé à un risque industriel majeure a aussi fait son apparition parmi la population.

Redémarrage du 6-03-2013 18h30

Redémarrage du 6-03-2013 18h30

déc
26

Super phoenix?

Quelle ne fût pas la surprise des Hornaingeois de voir la centrale redémarrer en ce début décembre.
On la croyait à bout de souffle après l’incident sérieux du 24 août à propos duquel le directeur avait admis qu’on avait eu beaucoup de chance qu’il ne soit pas plus grave, E-On se disant de son côté peu surpris au vu de la vétusté des installations.

Cet incident semblait aussi mettre un terme à l’offre de reprise de Sparkling Capital, reparti sans accord d’E-On. (qui va acheter une centrale hors d’usage?)

Des essais de redémarrage semblent avoir été entrepris, en atteste les importants dégagements de fumée noire de la cheminée (le réfrigérant n’a pas été mis en marche tout de suite).
Les voisins n’ont pas manqué de relever d’importants bruits nocturnes à cette occasion.

Centrale SNET E-On Hornaing, le 11-12-2012

Un fonctionnement d’apparence « normal » a pu être observé les 17 et 18 décembre, puis plus rien.

L’association APRES se demande quel était le but de ce redémarrage?

Surtout au vu de l’incident précédent, quels travaux de sécurisation ont été faits?

Les habitants d’Hornaing et des environs encourent-ils un risque industriel majeur en cas de remise en service en l’état?

- – - – - – Mise à jour – - – - – -

Depuis le 7 décembre, la centrale refonctionne.

Pour quelles raisons? Il ne semble pas y avoir de pic de consommation d’énergie …..

 

 

juin
15

Etude de risque sanitaire

Etude de risque sanitaire.

A lire:

Le rapport d’audition du Dr P Cordonnier par le Haut Conseil de la Santé Publique (fait le 25 février 2010) sur:

« L’évaluation des risques sanitaires dans les analyses de zone. Utilité, ligne méthodologique, interprétation ».

(Page 86 du rapport en Annexe 3 sur le site du HCSP, ou directement par le lien ci dessus)

 

L’avancé de la méthodologie de l’Ineris sur les sites et sols pollués est de mettre l’accent sur l’exposition des populations mais cela ne peut se faire que si on prend en compte des indicateurs d’expositions. Ne prendre en compte que des critères d’émissions en sortie de cheminées ne permettra pas de faire avancer la gestion du risque en matière de santé publique.

 

P Cordonnier a mis en évidence il y a 2-3 ans un agrégat de plombémies infantiles élevées. Les indicateurs fournis par la Drire et les industriels ne permettaient pas de déterminer la voie d’intoxication. Cet agrégat, qui était autour de la centrale d’Hornaing, a disparu quand l’industriel a été obligé de diminuer de manière drastique ses émissions. Les études air/eau/sol n’ont pas permis de comprendre l’origine de cet agrégat. L’Ineris a été saisi et a démontré que la voie digestive ne pouvait pas expliquer l’agrégat.

 

Le groupe de travail demande si dans le cadre de l’ERS de zone la communication a été envisagée dès le départ.

P Cordonnier répond que la communication a été annoncée dès le début et que le point sur « l’absence de communication envers la population » a fait l’objet d’un paragraphe de la lettre de critique de l’étude.

déc
30

Etude de risque sanitaire (2006)

Revue critique de l’étude de risque sanitaire de la Centrale d’Hornaing, publiée par l’industriel.

Cette critique a été transmise à Monsieur le Préfet de région en septembre 2006.

Elle souligne la non prise en compte de nombreux facteurs environnementaux et le manque de pertinence des modèles d’étude.

Lire l’article