Archives du mot-clé : fumée

jan
13

A toute vapeur!

Le 10 janvier 2013 les rejets de la centrale d’Hornaing offrent une configuration intéressante (et assez fréquente): le mélange des panaches de fumées du réfrigérant et de la chaudière.

La centrale vue du groupe scolaire Lafargue d'Hornaing

La centrale vue du groupe scolaire Lafargue d’Hornaing

Mélange des panaches de fumées, réfrigérant et chaudière

Mélange des panaches de fumées, réfrigérant et chaudière

Pourquoi est-ce intéressant?

Que se passe-t-il réellement lorsque les deux panaches se mélangent?

APRES a depuis longtemps critiqué la non prise en compte de cette configuration de rejets dans les modélisations et les simulations.
De plus, on ne s’intéresse plutôt à ce qui est émis, rarement à ce qui retombe, et sous quelle forme on retrouve les retombées.

Le phénomène de spéciation

La spéciation chimique d’un élément est la distinction entre les différentes formes de liaisons possibles (les espèces) de cet élément dans un environnement donné. (wikipedia)

Autrement dit, le mélange des panaches constitue une modification de l’environnement des rejets, et par conséquent une probable transformation de ceux-ci.

Des composés à priori peu dangereux individuellement (…) peuvent former des combinaisons chimiques dont la dangerosité est élevée. Ce risque n’est malheureusement pas évalué.

En ce qui concerne la centrale d’Hornaing:
- la centrale est hors d’âge (40 ans, un incident technique sérieux en 2012),  au milieu d’une zone urbanisée, à proximité de groupes scolaires.
- le réfrigérant est trop proche de la cheminée de la chaudière (comparé à d’autres centrales), favorisant ainsi le phénomène.
- le charbon brûlé ici est de basse qualité. les rejets sont ceux d’une centrale à charbon: SOx (oxyde de souffre), NOx (oxyde d’azote), poussières, CO2 ….
- l’eau utilisée dans le réfrigérant (traitée pour éviter la propagation de bactéries de type légionella), vient de la Scarpe, rivière fortement polluée en métaux lourds ( voir étude du  S.A.G.E)
Que se passe-t-il donc au milieu de ce panache blanc et gris?
Quelles sont les retombées sur les alentours? (cultures, élevages, villages et villes jusqu’à Saint amand les Eaux au nord)

De nombreuses questions qui restent sans réponses, faute d’études, de volonté politique et à cause d’intérêts autres que celui de l’état de santé de la population …..

déc
26

Super phoenix?

Quelle ne fût pas la surprise des Hornaingeois de voir la centrale redémarrer en ce début décembre.
On la croyait à bout de souffle après l’incident sérieux du 24 août à propos duquel le directeur avait admis qu’on avait eu beaucoup de chance qu’il ne soit pas plus grave, E-On se disant de son côté peu surpris au vu de la vétusté des installations.

Cet incident semblait aussi mettre un terme à l’offre de reprise de Sparkling Capital, reparti sans accord d’E-On. (qui va acheter une centrale hors d’usage?)

Des essais de redémarrage semblent avoir été entrepris, en atteste les importants dégagements de fumée noire de la cheminée (le réfrigérant n’a pas été mis en marche tout de suite).
Les voisins n’ont pas manqué de relever d’importants bruits nocturnes à cette occasion.

Centrale SNET E-On Hornaing, le 11-12-2012

Un fonctionnement d’apparence « normal » a pu être observé les 17 et 18 décembre, puis plus rien.

L’association APRES se demande quel était le but de ce redémarrage?

Surtout au vu de l’incident précédent, quels travaux de sécurisation ont été faits?

Les habitants d’Hornaing et des environs encourent-ils un risque industriel majeur en cas de remise en service en l’état?

- – - – - – Mise à jour – - – - – -

Depuis le 7 décembre, la centrale refonctionne.

Pour quelles raisons? Il ne semble pas y avoir de pic de consommation d’énergie …..

 

 

mai
24

Inquiétude des riverains

L’inquiétude des habitants d’Hornaing s’est accrue le 23 mai 2010 face aux rejets de la centrale thermique.

Une épaisse fumée noire s’est échappée durant toute la journée. Les riverains ont noté de fortes odeurs de soufre, de suies et de mazout lourd, ainsi qu’un bruit important inhabituel.

SNET Hornaing

L’association a immédiatement contacté la DREAL, l’ARS et la SNET afin d’obtenir des informations et des explications.

* Réponse du responsable environnement de la SNET le 28-05-2010 qui propmet de nous faire parvenir sous une semaine « tous les éléments de réponse utiles » ….

* Dans un courrier adressé au président de l’association APRES, la SNET écrit que « nous avons truqué la photo pour rendre la fumée plus sombre » (contre photo de leur part prise d’un autre endroit, on peut aveuglément leur faire confiance, eux n’auraient pas eu l’idée de l’éclaircir …).
Nous tenons à disposition de la SNET plusieurs photos prises de différents endroits qui montre que le panache est toujours aussi noir!

sept
01

Plombémie infantile

Etude des cas de plombémie infantile signalés à Hornaing (2006-2007)

** Réunion de la CLI à Douai le 18 juin 2009

** Commentaires sur les points importants de la lettre du Président d’APRES à l’INERIS (20 avril 2009) concernant les résultats d’étude des cas de plombémie à Hornaing. Etude INERIS publiée prochainement

• Le point 1 souligne que la voie digestive a été privilégiée dans l’étude, au détriment de la voie respiratoire, pourtant plus rationnelle dans ces cas.

• Le point 2 fait état de l’absence de 2 sources de rejets dans l’étude.

• Le point 3 interpelle sur la qualité des rejets analysés. Aucune donnée n’est fournie sur le diamètre des particules rejetées ni sur la spéciation* du plomb.
*La spéciation, est la distinction entre les différentes formes chimiques que peut prendre un élément en fonction du milieu où il se trouve.
Ici on parlera de la spéciation du plomb, lorsque le panache de fumée de la cheminée se trouve mélé au panache du réfrigérant ou non.

• Enfin le point 4: l’étude ATMO à laquelle l’INERIS se réfère est très discutable sur certains points: durée et emplacement des capteurs.

Lire la lettre à l’INERIS
Lire la réponse de l’INERIS

 

** Le 18 février 2009 lors d’un séminaire, un rapport sur le dépistage du saturnisme chez l’enfant autour d’une installation industrielle a été présenté par la CIRE et l’InVS. Cette étude concerne … Hornaing (Lire le rapport)

Remarques:

- L’excès de cas de saturnisme à Hornaing est avéré sur la période février 2006 – juin 2007 (page 17)
- Les plombémies ne semblent pas liées à la position des habitations, ni aux vents (page 19)
- mais, (page 20) l’étude reconnait une certaine imprégnation au plomb à Hornaing, en identifiant la centrale comme seule source possible.
- La conclusion (page 22) indique comme explication possible des plombémies:

- »une biodisponibilité inhabituelle très forte de plomb émis par la centrale ».
- »une exposition combinée par voie aériene (situation rare) et par ingestion (chez les jeunes enfants) ».

- Des études complémentaires seraient nécessaires pour fournir des conclusions définitives.

Incinération de déchets bitumineux (1989)

Compte rendu de la réunion publique du 9 novembre 1989, concernant l’incinération des résidus non-pompables des Houillères à la Centrale d’Hornaing.

Question:

Y aura-t-il des investissments pour améliorer la filtration des fumées et des poussières?

Réponse:

Cela est inulile car tous les prélèvements effectués par l’APAVE à ce
jour sont dans les normes, de toute façon si on oblige à un investissement trop coûteux ce sera la fermeture inévitabte de la centrale.

note: en présence des services de l’Etat: DRIRE, Préfecture, Conseillers régionnaux et généraux (Mr Candelier), d’élus,  on ne peut que dénoncer ce chantage à l’emploi. La santé des populations ne pèse pas lourd face à certains intérêts ….. (revenus de taxes professionnelles par exemple)

Lire l’intégralité du compte rendu

 

Commentaires sur le compte rendu. (association APRES)

Durant plus de dix ans, la centrale a eu l’autorisation d’incinérer au maximum 30 000 tonnes par an de braies, goudrons, bitumes et matériaux souillés par ces substances en provenance des installations des Houillères (Arrêté préfectoral du 23 juillet 1990)
Durant plus de 10 ans, c’est plus de 100 000 tonnes de déchets dangereux qui ont été incinérés dans ces conditions inadéquates.
L’exposition aux risques des populations fut importante, et son effet demeure.