avr
25

Comment protéger la santé des tout-petits ?

Comment protéger la santé des tout-petits ?
Allergies alimentation, environnement chimique, qualité de l’air, etc.

Jeudi 15 mai 2014 à 18h30

  à l’Imaginaire (Place Paul Eluard à Douchy-les-Mines).

Comment rendre la vie quotidienne de nos tout-petits plus saine et moins dangereuse ?

L’exposition continue des enfants à de multiples polluants chimiques est bien réelle. Via l’air qu’ils respirent, l’eau qu’ils boivent, les poussières qu’ils ingèrent, ou encore les produits en contact avec leur peau, les plus jeunes sont les plus exposés. Or, leur organisme immature est beaucoup plus sensible à la toxicité de certaines substances qui peuvent avoir des effets sur leur santé, y compris à long terme.

-       les polluants de l’air intérieur, tels que le formaldéhyde, le toluène ou le benzène ;
-       les perturbateurs endocriniens qui se retrouvent dans les jouets, les éléments de décoration, le mobilier et les conditionnements alimentaires tels que les phtalates, le bisphénol A, les retardateurs de flamme bromés sont massivement présents dans les poussières des maisons ;
-       les pesticides employés à domicile ou dans le jardin ou même le plomb toujours présent dans les couches anciennes des peintures de nombreux immeubles.

L’augmentation significative des allergies infantiles (près d’un enfant sur trois souffre d’une forme d’allergie), de l’asthme (incidence multipliée par 6 en 30 ans), ou des troubles du comportement tels que l’hyperactivité, la baisse de la fertilité (15 à 20% des couples sont affectés par ce problème dans les pays industrialisés), les malformations génitales de plus en plus fréquentes, et enfin l’augmentation des cancers de l’enfant (+ 1% par an depuis 30 ans en Europe) sont autant de signaux d’alerte à prendre en compte.

C’est pourquoi il est essentiel d’informer et de sensibiliser le grand public afin de réduire l’exposition des nouveau-nés et des jeunes enfants, et de préserver leur santé. WECF s’est attaché à délivrer un message simple, tout en douceur, en proposant avant tout des solutions.

Vous souhaitez participer à la conférence ?

La conférence est un lieu d’information et d’échanges sur tout ce qui touche à l’environnement du nouveau-né (mobilier, produits de décoration, articles de puériculture, produits d’entretien, contenants alimentaires etc.).

Cette soirée est organisée par le Programme Boréal en partenariat avec le Conseil de Développement de la Porte du Hainaut et les associations Hainaut Naturellement et Le Valenciennois Environnement.

Au programme:

-      Madame Valérie Domeneghetti, consultante en santé environnement et Référente du Projet Nesting de Women in Europe for a Common Future (WECF) Ile-de-France
WECF a été fondée en 1994 dans la dynamique du Sommet de la Terre de Rio (1992) afin de faire entendre la voix des femmes dans le développement durable et la politique environnementale. WECF s’appuie sur le potentiel des femmes pour équilibrer économie, écologie et santé.

-      Monsieur Jérôme Lecocq, technicien/ chimiste

Plus d’informations sur le site de Boreal

Site du  WECF (Women in Europe for a Common Future)

Le projet Nesting (Protéger la santé de l’enfant en créant un environnement sain)

jan
20

BPA: Révision à la baisse des doses admissibles

Le RES salue la décision de l’EFSA de diviser par 10 la dose journalière admissible de Bisphénol A. Cependant, il critique le fait qu’un grand nombre d’études sur le sujet ne soit pas pris en compte.

« 95 % des 900 études publiées sur la toxicité du bisphénol A montrent des résultats positifs. » rappelle André Cicolella, toxicologue et président du Réseau Environnement Santé. « Certes l’EFSA admet l’émergence de nouvelles preuves indiquant des effets du BPA sur la reproduction, le métabolisme, le système immunitaire et des effets neurocomportentaux et cardiovasculaires, mais par quelques tours de passe-passe, ces effets ne sont pas retenus comme pertinents ».

Lire le communiqué de presse du RES

déc
10

Aspartame

Le RES (Réseau environnement Santé) demande la création d’une commission parlementaire après le rapport rendu par l’Autorité européenne de sécurité des aliments (Efsa).
Le RES estime que le rapport rendu découle d’une étude « bidon » et partiale.

Le RES avait mis en évidence que certaines parties du rapport de l’EFSA étaient un simple copier-coller d’un rapport publié en 2007 par un consultant, le groupe Burdock, travaillant pour le fabricant d’aspartame Ajinomoto (“Effect of Aspartame on behaviour and cognition”, 60 lignes sont identiques sur 96 lignes (de 3396 à 3492). L’avis se contente de dire que c’était une erreur isolée.

D’autres études défavorables sur le sujet ont été semble-t-il volontairement écartées.

Une étude argentine montrant que le risque de cancer des voies urinaires augmente avec la durée de consommation de boissons light (risque doublé après ajustement sur l’âge, le genre, l’IMC, le statut social et le tabagisme) n’avait même pas été analysée. L’EFSA le reconnaît, mais continue de l’écarter sans raison.

Lire le communiqué du RES

juin
07

Eclairage sur l’histoire des farines animales …

Un travail réalisé par Marc LELEUX, docteur en histoire des mondes modernes et contemporains Université de Lille 3 (IRHIS).

Il met en lumière les stratégies des industriels (SNET), des politiques et du syndicat CGT. Entre chantage à l’emploi et fausses promesses, la santé publique est loin de leurs préoccupations.

Un travail  qui apporte un nouvel éclairage, permettant de comprendre les évènements actuels, menés par les mêmes acteurs …

La centrale thermique d’Hornaing figure depuis des décennies parmi les
établissements industriels les plus pollueurs de la région Nord-Pas-de-Calais. Déjà, le 23
février 1990, un arrêté préfectoral avait autorisé les Houillères du bassin du Nord-Pas-de-
Calais, alors propriétaires du site d’Hornaing, à « éliminer par incinération (…) les déchets
goudronneux résultant du fonctionnement de leurs installations », déchets dont la combustion
génère des émissions de gaz nocifs, et ce, par dérogation aux normes environnementales.

Accéder aux travaux.  (travaux mis en ligne avec l’autorisation exclusive de l’auteur)

A découvrir:

De Marc LELEUX     Histoire des sans-travail et des précaires du Nord  (Septentrion presses universitaires)

mai
30

Lettre d’APRES à la ministre de l’écologie

Après la décision de justice qui contraint E-ON à remettre en service la centrale d’Hornaing, l’intervention de Madame la ministre qui souhaite que cette décision soit respectée, l’association APRES s’étonne que l’aspect santé publique soit absent du discours de la ministre.

Dans son courrier l’association APRES rappelle que plusieurs études dont celle du HEAL indiquent que l’exploitation des centrales charbon est une hérésie écologique et que le coût sanitaire pour les états est très élevé (plusieurs milliards d’euros).

APRES a toujours défendu l’idée qu’une activité industrielle pouvait rester implantée à Hornaing, à condition que son exploitation se fasse dans des conditions sanitaires acceptables pour les populations environnantes .(Pour rappel, celà n’a pas été le cas lors de l’incinération de déchets bitumineux pendant plusieurs années, avec l’aval des autorités de l’époque)
Messieurs Alain BOCQUET et Jean-Jacques CANDELIER, députés et respectivement présidents de la CAPH et de la CCCO n’ont jamais soutenu l’association dans cette démarche malgré les sollicitations.

Aujourd’hui les conditions techniques (site et arrivée du gaz) sont réunies pour la poursuite d’une activité industrielle plus respectueuse de l’environnement et des populations sur le site d’Hornaing.
Des intérêts corporatistes, politiques et économiques semblent être en conflit.

APRES ne défend que les intérêts sanitaires et environnementaux des populations. L’adhésion des responsables politiques à cette cause paraît essentielle aujourd’hui.

Lire la lettre d’APRES, co-signée par le RES (Réseau Environnement Santé)

 

 

 

Articles plus anciens «

» Articles plus récents