«

»

mar
26

De l’importance de masques adéquats

L’équipe dirigée par Lydia Bourouiba du Massachusetts Institute of Technology (MIT) a étudié la façon dont les fluides muco-salivaires se répandent dans l’air lorsqu’on tousse ou qu’on éternue.

Les éternuements produisent des « nuages »  transportant les gouttelettes infectieuses. Sous cette forme particulière les gouttelettes vont 200 fois plus vite que si elles étaient déconnectées les unes des autres.

Les chercheurs parlent de vitesses d’expulsion pouvant aller jusqu’à 50 km/h et de gouttelettes de fluides muco-salivaires pouvant atteindre plusieurs mètres.

sneeze

Bon nombre des plus grosses gouttelettes peuvent parcourir jusqu’à 8 mètres pour un éternuement 6 mètres pour une toux, et rester suspendues pendant jusqu’à 10 minutes – assez loin et assez longtemps pour atteindre quelqu’un à l’autre bout d’une grande pièce, sans parler du système de ventilation au plafond.

Le fluide émerge de la bouche en feuilles qui ensuite se perforent et forment des anneaux au fur et à mesure qu’elles sont étirées par le flux d’air. Les anneaux se cassent, laissant des filaments. De petites perles fluides se forment sur les filaments, qui s’allongent et se fragmentent pour finalement produire des gouttelettes.

Accéder à l’article (en anglais)