«

»

déc
10

Aspartame

Le RES (Réseau environnement Santé) demande la création d’une commission parlementaire après le rapport rendu par l’Autorité européenne de sécurité des aliments (Efsa).
Le RES estime que le rapport rendu découle d’une étude « bidon » et partiale.

Le RES avait mis en évidence que certaines parties du rapport de l’EFSA étaient un simple copier-coller d’un rapport publié en 2007 par un consultant, le groupe Burdock, travaillant pour le fabricant d’aspartame Ajinomoto (“Effect of Aspartame on behaviour and cognition”, 60 lignes sont identiques sur 96 lignes (de 3396 à 3492). L’avis se contente de dire que c’était une erreur isolée.

D’autres études défavorables sur le sujet ont été semble-t-il volontairement écartées.

Une étude argentine montrant que le risque de cancer des voies urinaires augmente avec la durée de consommation de boissons light (risque doublé après ajustement sur l’âge, le genre, l’IMC, le statut social et le tabagisme) n’avait même pas été analysée. L’EFSA le reconnaît, mais continue de l’écarter sans raison.

Lire le communiqué du RES