Ixteed

Détails de l'auteur

Date d'enregistrement : 02/01/2012

Derniers articles

  1. L’ennemi a un visage. Covid-19 — 26/03/2020
  2. Lettre critique — 12/06/2010
  3. Cas d’égrégat de leucémie sur Aniche — 30/12/2009
  4. Rapport ORS 2008 — 30/12/2009
  5. Toxicologie du plomb — 01/09/2009

Articles de cet auteur

sept
01

Plombémie infantile

Etude des cas de plombémie infantile signalés à Hornaing (2006-2007)

** Réunion de la CLI à Douai le 18 juin 2009

** Commentaires sur les points importants de la lettre du Président d’APRES à l’INERIS (20 avril 2009) concernant les résultats d’étude des cas de plombémie à Hornaing. Etude INERIS publiée prochainement

• Le point 1 souligne que la voie digestive a été privilégiée dans l’étude, au détriment de la voie respiratoire, pourtant plus rationnelle dans ces cas.

• Le point 2 fait état de l’absence de 2 sources de rejets dans l’étude.

• Le point 3 interpelle sur la qualité des rejets analysés. Aucune donnée n’est fournie sur le diamètre des particules rejetées ni sur la spéciation* du plomb.
*La spéciation, est la distinction entre les différentes formes chimiques que peut prendre un élément en fonction du milieu où il se trouve.
Ici on parlera de la spéciation du plomb, lorsque le panache de fumée de la cheminée se trouve mélé au panache du réfrigérant ou non.

• Enfin le point 4: l’étude ATMO à laquelle l’INERIS se réfère est très discutable sur certains points: durée et emplacement des capteurs.

Lire la lettre à l’INERIS
Lire la réponse de l’INERIS

 

** Le 18 février 2009 lors d’un séminaire, un rapport sur le dépistage du saturnisme chez l’enfant autour d’une installation industrielle a été présenté par la CIRE et l’InVS. Cette étude concerne … Hornaing (Lire le rapport)

Remarques:

- L’excès de cas de saturnisme à Hornaing est avéré sur la période février 2006 – juin 2007 (page 17)
- Les plombémies ne semblent pas liées à la position des habitations, ni aux vents (page 19)
- mais, (page 20) l’étude reconnait une certaine imprégnation au plomb à Hornaing, en identifiant la centrale comme seule source possible.
- La conclusion (page 22) indique comme explication possible des plombémies:

- »une biodisponibilité inhabituelle très forte de plomb émis par la centrale ».
- »une exposition combinée par voie aériene (situation rare) et par ingestion (chez les jeunes enfants) ».

- Des études complémentaires seraient nécessaires pour fournir des conclusions définitives.

fév
01

Centrale gaz?

*décembre 2011*
Les dernières nouvelles ne sont pas optimistes. E-ON doit faire face au surcoût engendré par l’arrêt des centrales nucléaires allemandes.

*septembre 2009 *
Centrale au gaz ou pas? La conjoncture ne semble pas favorable ….

* février 2009 *
Le projet de centrale à cycle combiné gaz semble aujourd’hui bien lancé puisque le gazoduc est en train de traverser la campagne environnante (non sans certains aléas techniques…).

Mais au juste, c’est quoi une centrale à cycle combiné?

Un petit saut sur le site Wikipédia ….

Pour se faire une idée du projet d’une centrale à cycle combiné, voici un exemple d’implantation dans l’Allier à Bayet.

Le site n’est pas mal fait, le fonctionnement est bien expliqué. A consulter pour information …

déc
30

Gare de triage (plateforme multimodale)

« le développement et la spécialisation de la gare de triage de Somain sur les matières dangereuses, débouchera sur de nouvelles perspectives de développement durable. » Réponse de Madame Anne-Marie IDRAC Secrétaire d’Etat chargée du commerce extérieur au député JJ Candelier, décembre 2008

Lire l’intervention du député JJ Candelier

déc
30

Etude de risque sanitaire (2006)

Revue critique de l’étude de risque sanitaire de la Centrale d’Hornaing, publiée par l’industriel.

Cette critique a été transmise à Monsieur le Préfet de région en septembre 2006.

Elle souligne la non prise en compte de nombreux facteurs environnementaux et le manque de pertinence des modèles d’étude.

Lire l’article

déc
30

Les combustibles

Les démarrages de la centrale sont fréquents (139 en 2001).
Ils utilisent préférentiellement les hydrocarbures.
En 2001 ont été utilisés 9700 tonnes de fioul lourd, 1300 tonnes de fioul domestique, 29000 tonnes de coke de pétrole.

Les goudrons

Durant plus de dix ans, la centrale a eu l’autorisation d’incinérer au maximum 30 000 tonnes par an de braies, goudrons, bitumes et matériaux souillés par ces substances en provenance des installations des Houillères (Arrêté préfectoral du 23 juillet 1990).
Or les paramètres d’incinération ( non homogénéité des températures en chaudières, quantité d’imbrûlés dans les rejets (COT> 3%), insuffisance de filtration des rejets) ne sont même pas conformes aux conditions nécessaires pour l’incinération des déchets non dangereux !
Durant plus de 10 ans, c’est plus de 100 000 tonnes de déchets dangereux qui ont été incinérés dans ces conditions inadéquates.
L’exposition aux risques des populations fut importante, et son effet demeure.
Exemple de déchets incinérés :
Incinérations goudrons (Basol Terril 205 hénin Beaumont)

Articles plus anciens «

» Articles plus récents